‘Le coeur du sujet, entre Paris et Tripoli, est donc l’affaire militaire’

Image
 
Jeudi 2 août 2007
 
Une semaine après la libération des infirmières et du médecin bulgares retenus en Libye depuis 1999, un des acteurs clefs de ce dénouement, le fils du numéro un libyen, Saïf al-Islam Kadhafi, évoque, dans un entretien au Monde, certains dessous de cette affaire.

Qu est-ce que je pourrais bien m’acheter ? Ces éléments recouvrent deux aspects que les officiels français et européens ont préféré passer sous silence dans leurs descriptions publiques des tractations avec Tripoli : d’une part, les détails d’un accord prévoyant d’importantes fournitures d’armements par la France à la Libye ; d’autre part, le rôle joué, dans la résolution du cas des infirmières, par une décision de justice au Royaume-Uni concernant le sort d’un ancien agent libyen emprisonné depuis 2001 à Glasgow, en Écosse, pour sa responsabilité dans l’attentat de Lockerbie en 1988 (270 morts).

Ce Libyen, Abdel Basset Ali al-Megrahi, a été autorisé par une commission judiciaire écossaise, le 28 juin, à faire appel, pour la deuxième fois, de sa condamnation à la prison à vie. La décision a pesé pour beaucoup dans l’issue du drame des infirmières. Elle est survenue moins d’un mois après une visite à Tripoli de Tony Blair, qui effectuait là un de ses derniers voyages à l’étranger avant de quitter le 10 Downing Street.

Le fils du colonel Kadhafi affirme qu’il a bon espoir qu’Ali al-Megrahi sera renvoyé prochainement en Libye. « Nous allons bientôt avoir un accord d’extradition avec le Royaume-Uni », dit-il. « Nos gens, ajoute-t-il en parlant d’officiels libyens, étaient à Londres il y a un mois environ » pour en discuter.

« Oui », répond-il lorsqu’on l’interroge sur les rapports existant entre l’affaire al-Megrahi et celle des infirmières, « nous avons établi un lien. Nous avons aussi accepté que le dossier soit traité au niveau bilatéral, entre la Libye et le Royaume-Uni, alors qu’on demandait auparavant que cela fasse partie des discussions au niveau européen ».

Quant aux accords d’armement et de défense qui ont fait l’objet de discussions entre Paris et Tripoli, il semble y accorder un intérêt beaucoup plus vif qu’à la question de la fourniture par la France d’une centrale nucléaire à la Libye. Pareille centrale « n’est pas essentielle pour la Libye », glisse Saïf al-Islam Kadhafi d’un air détaché. « Nous avons des hydrocarbures… La décision de se doter d’une centrale nucléaire nous permettrait d’exporter de l’électricité… vers l’Italie notamment », ajoute-t-il sans s’attarder sur les possibilités de désalinisation d’eau de mer, pourtant beaucoup évoquées à Paris.

Le coeur du sujet

Le coeur du sujet, entre Paris et Tripoli, est donc l’affaire militaire. En quoi consiste-t-elle ? « D’abord, l’accord recouvre des exercices militaires conjoints, bien sûr. Puis, nous allons acheter à la France des missiles antichar Milan, à hauteur de 100 millions d’euros je pense. Ensuite, il y a un projet de manufacture d’armes, pour l’entretien et la production d’équipements militaires. Vous savez que c’est le premier accord de fourniture d’armes par un pays occidental à la Libye ? », se réjouit-il.

En 2004, l’embargo européen sur les ventes d’armements à la Libye a été levé, après les règlements intervenus avec Tripoli à propos des dédommagements des victimes des attentats de Lockerbie et de l’avion d’UTA (1989, 170 morts). La Libye avait aussi renoncé à son programme d’armes de destruction massive, à la suite de longues tractations avec Londres et Washington. « Malheureusement, depuis 2004, un embargo non dit persistait contre mon pays », commente Saïf al-Islam. « Les Allemands, surtout, étaient réticents pour des ventes d’armes. Mais avec les Français, nous avons été en négociations depuis longtemps. Nous avons demandé à Sarkozy d’accélérer les choses. Maintenant que le cas des infirmières est réglé, c’est une occasion en or qui survient. » Il ajoute avec une visible satisfaction : « Des représentants de Thalès et de Sagem sont en Libye en ce moment même. » Le fils du colonel Kadhafi indique que son père devrait se rendre en France pour signer les contrats en question. Il précise en outre que des garanties de défense ont été évoquées, selon lesquelles la France se porterait au secours de la Libye au cas où sa sécurité nationale serait menacée. Les Libyens en ont en tout cas demandé autant. « Mais je ne sais pas si cet article a été maintenu dans le document » par les négociateurs, dit-il encore.

Le fils du « Guide » s’exprime ainsi, en ce mardi 31 juillet, assis dans un hôtel de luxe de Nice, entouré d’une escouade de gardes du corps et de conseillers en relations publiques. Âgé de 35 ans, crâne rasé et sourire charmeur, il est vêtu d’une veste noire sur un pantalon blanc étincelant, assortis de tennis tout aussi blanches. L’entretien, en anglais, s’est déroulé à sa demande, car il souhaite « clarifier quelques points ». Au titre de dirigeant de la Fondation Kadhafi qui a négocié les dédommagements aux familles d’enfants libyens malades du sida, Saïf al-Islam veut en effet déclarer formellement qu’« aucun argent libyen » n’a été versé à ces familles.

D’où viennent donc les plus de 400 millions de dollars ? « Ce que je peux dire, c’est que les Français ont arrangé le coup. Les Français ont trouvé l’argent pour les familles. Mais je ne sais pas où ils l’ont trouvé. » Par le Qatar ? « Nous n’avons pas posé de questions. Nous ne voulons pas embarrasser nos amis. » Pour Saïf al-Islam, qui dit avec une grande tranquillité qu’il n’a pas cru en la culpabilité des infirmières bulgares (« Elles ont malheureusement servi de boucs émissaires ») et que, par ailleurs, les récits de tortures qu’elles ont subies en prison sont « exagérés, de la fiction, à 100 %», la Libye a obtenu dans cette affaire « un bon deal ». « C’était une histoire compliquée. Une grande pagaille. Avec beaucoup de joueurs. Il a fallu satisfaire tous les joueurs.

Le Monde, Édition du jeudi 2 août 2007

Photo: L’ancien héritier présomptif Saif al-Islam a été capturé un mois après la mort de son père, et a depuis été placé en garde dans la ville de montagne de Zintan. La London School of Economics diplômé a été au centre d’une lutte prolongée entre la Cour pénale internationale, où il est recherché pour des accusations de crimes contre l’humanité, et les tribunaux libyens, qui insistent, il doit être jugé en Libye. La justice libyenne semble avoir gagné la bataille, mais la date de son procès n’a pas encore été fixée.

Advertenties

Tags: , , , , ,

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit / Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit / Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit / Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit / Bijwerken )

Verbinden met %s


%d bloggers liken dit: