Extrémisme tchétchène: La Syrie

Image

‘Des Tchétchènes enlèvent deux évêques orthodoxes syriens’ 

23 Avril 2013

Des combattants tchétchènes ont enlevé, le lundi 22 avril 2013, deux évêques orthodoxes près d’Alep : Boulos Yazigi (photo) et Youhana Ibrahim.

Il s’agit du premier rapt d’évêques orthodoxes depuis le début du conflit.

Les combattants tchétchènes affluent au nord de la Syrie depuis deux mois et demi.

http://www.voltairenet.org/article178238.html

===

Image

‘Extrémisme tchétchène: Belge d’origine tchétchène derrière les barreaux’

2 mai 2013

Le Danemark renvoie un terroriste tchétchène purger sa peine en Belgique

Le Belge d’origine tchétchène Lors Doukaev est derrière les barreaux en Belgique depuis jeudi dernier. Il doit y purger les 9 années qui lui restent de sa peine de 12 ans de réclusion qu’il lui a été infligée pour terrorisme au Danemark.

C’est l’épilogue de l’affaire des caricatures de Mahomet, epxlique De Standaard: Lors Doukaev s’était rendu coupable d’un attentat raté contre le quotidien Jyllands Posten qui avait publié les fameux dessins de Kurt Westergaard en 2011.

Lors Doukaev avait été condamné au Danemark mais a été livré à la Belgique en vertu d’un accord-cadre qui prévoit qu’un citoyen européen condamné dans un autre pays de l’Union doit purger sa peine dans son propre pays.

Cet accord cadre est rentré en vigueur en Belgique il y a un an. Lors Doukaev ayant la nationalité belge, il a été transféré dans notre pays.

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-danemark-renvoie-un-terroriste-tchetchene-purger-sa-peine-en-belgique?id=7985840

Advertenties

Tags: ,

3 Reacties to “Extrémisme tchétchène: La Syrie”

  1. kruitvat Says:

    « Une surveillance accrue des extrémistes tchétchènes s’impose en Belgique »

    Il faut aussi renforcer la surveillance des extrémistes tchétchènes en Belgique, affirme dimanche une source issue des services de sécurité.

    L’enquête menée après les attentats au marathon de Boston a permis d’identifier deux suspects d’origine tchétchène.

    Environ 11.000 Tchétchènes vivent en Belgique. Les services de sécurité sont informés de la présence d’extrémistes parmi eux, notamment à Anvers. «Nous avons déjà fait le nécessaire, mais une vigilance accrue en matière de terrorisme dans notre pays est aujourd’hui plus que nécessaire. Surtout lorsque l’on sait ce que certains Tchétchènes issus de notre pays ont déjà fait», ajoute la source au journal Het Nieuwsblad Op Zondag.

    Ainsi, en 2011, un Liégeois d’origine tchétchène âgé de 25 ans a été condamné à 12 ans de prison pour avoir planifié un attentat contre un journal danois, le Jyllands-Posten. En novembre 2010, 14 suspects avaient par ailleurs été interpellés dans le cadre d’une vaste enquête contre le terrorisme, dont trois Tchétchènes.

    «Tout le monde semble étonné que les terroristes de Boston soient originaires de Tchétchénie. Mais ça ne nous étonne pas du tout. Donc, encore une fois, il faut renforcer la vigilance aussi chez nous. Même s’il n’y a pour l’instant aucune preuve concrète de risques dans notre pays.»

    http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130421_00299654

  2. kruitvat Says:

    27 Avril, 2013

    Boston : l’opinion change d’attitude envers les rebelles tchétchènes

    Après les attaques terroristes de Boston, l’opinion publique occidentale a changé de position envers les rebelles tchétchènes. Aujourd’hui, même les pays qui avaient tendance à les considérer comme des combattants de la liberté, ont changé d’attitude. La fermeture du site Kavkaz Center pourrait en être l’une des conséquences idéologiques. Le serveur de ce site est basé en Finlande. Dans le contexte des événements de ces dernières semaines, Helsinki ne veut pas passer pour le protecteur des extrémistes tchétchènes.
    C’est l’activiste finlandais Juha Molari qui a rapporté l’information sur le changement d’attitude des autorités finlandaises envers le site Kavkaz Center. La police a demandé à Molari de présenter des documents prouvant le caractère extrémiste des publications du portail. L’activiste a fait remarquer qu’il avait déjà transmis à la police un document sur l’activité de ce site des extrémistes radicaux. Mais les autorités l’ont ignoré, et l’ont même égaré. Les experts lient les changements dans l’attitude des autorités envers Kavkaz Center aux récents attentats de Boston. Lorsqu’on a appris que les explosions avaient été organisées par des Tchétchènes ethniques, de nombreux spécialistes occidentaux ont revu leur position envers les séparatistes tchétchènes et leurs sympathisants.
    « Ces événements montrent sans doute le véritable visage des personnes qui se trouvent derrière les propriétaires de ce site »,analyse Oleg Ivannikov, directeur du centre de recherche Russie-Caucase à l’Institut international des nouveaux Etats. « Ce site a été créé par Movladi Oudougov et pendant les deux campagnes militaires tchétchènes ce site était activement utilisé par les séparatistes pour façonner l’opinion publique internationale. Mais je pense qu’aujourd’hui la situation est telle que ce site sera définitivement fermé ».
    La Russie demande la fermeture de Kavkaz Centerdepuis longtemps aux pays qui accueillaient le serveur de ce site. A cause des accusations d’extrémisme, Kavkaz Center a été obligé de quitter l’Estonie, où le portail était basé à l’origine, pour se déplacer en Lettonie, avant de trouver refuge en Finlande. Helsinki a ignoré les demandes de Moscou concernant l’interdiction de Kavkaz Center, se retranchant derrière le principe de la liberté d’expression. Toutefois, les informations concernant le lien d’un des frères Tsarnaev, organisateurs de l’attaque terroriste de Boston avec Dokou Oumarov, a amené les autorités finlandaises à changer d’avis. Selon certaines informations, Oumarov serait le véritable propriétaire de ce site. Et en soutenant Kavkaz Center, la Finlande risque de se retrouver dans la liste des pays qui encouragent le terrorisme. Mais le site pourrait trouver refuge ailleurs.
    « Il peut se déplacer vers un des pays d’Europe de l’Est, un des membres récents de l’UE », explique Alexandre Tevdoï-Bourmouli, chargé de cours au Département de l’intégration européenne à l’Institut d’Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO). « Une diaspora tchétchène existe déjà dans ces pays. Elle a été créée par les réfugiés au début des années 2000 ».
    L’attaque terroriste de Boston a également influencé l’activité d’une autre structure – le Fonds de Caucase géorgien. Cette organisation est affiliée à la Direction du service de contre-espionnage de la Géorgie et s’occupait du recrutement des habitants des républiques du Caucase du Nord. Selon les médias, Tamerlan Tsarnaev aurait participé en 2012 aux séminaires du Fonds du Caucase. La raison officielle de la dissolution du Fonds est liée au fait que cette structure a attiré l’attention des services de sécurité russes. Le Fonds a cessé ses activités seulement au début de cette année. Sa fermeture officielle serait liée avec le fait que les autorités géorgiennes veulent tout simplement se démarquer de cette structure, qui pourrait être associée avec le nom du terroriste de Boston.

    http://french.ruvr.ru/2013_04_27/L-onde-de-choc-bostonienne-est-parvenue-jusqu-a-Kavkaz-Center/

  3. kruitvat Says:

    Un nouveau regard européen sur les « rebelles tchétchènes »

    30 Avril, 2013

    C’est un hasard que la fille du journaliste slovaque Dušan Kerný ne soit pas partie au marathon de Boston. Elle a l’habitude de participer à ce genre d’événements sportifs.
    Dušan Kernýétait horrifié à l’idée de penser que sa fille aurait pu se retrouver à Boston pendant les attaques terroristes. « Le terrorisme international, ce n’est pas un fantôme. Il nous montre de plus en plus souvent son visage ». Dušan Kernýse souvient de la récente ligne directe de Vladimir Poutine.
    « En Slovaquie, l’opinion publique a prêté l’attention à l’appel direct du président Poutine d’unir les efforts de la Russie et des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme international. Je pense que l’Europe devrait rejoindre ces deux pays dans cette opposition universelle. Les attentats terroristes de Boston ont provoqué un choc dans la société slovaque. Notamment à cause du fait qu’un événement sportif de masse a été choisi comme le lieu du crime », affirme-t-il.
    Les terroristes étaient des Tchétchènes. Ces hommes devraient être heureux et reconnaissant envers les États-Unis, car ils y ont trouvé une deuxième maison. Ils y avaient tout pour être heureux, mais ils sont rentrés au Daghestan et se sont inspirés des idées du radicalisme islamique…
    « Nous avons senti que personne n’est vraiment protégé en Europe. Car en Autriche voisine, avec laquelle nous n’avons pas vraiment de frontière, vit une communauté tchétchène importante – près de 20.000 personnes », explique Dušan Kerný. « Ce n’est pas un secret que beaucoup de jeunes Tchétchènes rejoignent les rangs des rebelles islamistes en Syrie. Comment faire face à tout cela ? Je pense qu’il n’y a pas d’alternative à la proposition de Vladimir Poutine – de réunir les efforts au nom de la sécurité commune ».
    Il s’agit des choses concrètes. Les services de sécurité russes ont mis en garde leurs homologues américains, qu’il est important de prêter attention aux frères Tsarnaev. Les américains n’ont pas réagi à cela pour une raison qu’on ignore. Selon Dušan Kerný, apparemment, dans les relations entre les deux pays, un élément de suspicion réciproque est présent.
    « Il me semble qu’à la lumière de ce qui se passe actuellement, la Russie et les Etats-Unis devraient outrepasser les tensions dans leurs relations. Il faut commencer à coopérer sur l’exemple de la participation à l’opération militaire en Afghanistan. C’est la leçon que nous devrions tirer de la tragédie de Boston. Certains changements sont déjà menés. Mais cela se produit dans le domaine de la conscience. Lorsqu’on a appris que les terroristes de Boston sont des Tchétchènes, les médias les percevaient comme des victimes. « Pauvres tchétchènes ! », ironise Kerný.
    Lorsque le plus jeune des deux frères Tsarnaev a affirmé qu’ils voulaient se venger de l’Afghanistan, cette relation a changé. Des soldats de la mission militaire, dont des membres des forces slovaques meurent en Afghanistan chaque année.
    « Nous avons enfin réalisé que les Russes se trouvent constamment sous la menace d’attaques terroristes. Je comprends mieux pourquoi les Russes sont tant préoccupés par la sécurité lors des JO de Sotchi. Ces jeux peuvent devenir l’objet des actes criminels. J’ai personnellement eu l’occasion de découvrir par moi-même ce qu’est un attentat terroriste. En travaillant à Moscou en tant que correspondant accrédité, je vivais au centre de la capitale russe, près de l’hôtel National. Et un jour une kamikaze s’est faite exploser devant mon hôtel. Un membre du FSB âgé de 27 ans a tenté de désamorcer une bombe qui a explosé dans ses bras. Deux de ses enfants sont restés orphelins »,se souvient le journaliste slovaque.
    Le sentiment de la menace dont parlait Dušan Kernýavait des fondements. Les agences de presse ont rapporté de Bratislava que deux cachettes avec des explosifs ont été découvertes dans le pays. L’arsenal appartenait à un groupe criminel, dont l’origine ethnique n’a pas été précisée.

    Rédaction en ligne, Gaïané Khanova

    http://french.ruvr.ru/2013_04_30/Un-nouveau-regard-europeen-sur-les-rebelles-tchetchenes/

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit / Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit / Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit / Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit / Bijwerken )

Verbinden met %s


%d bloggers liken dit: